Article

arts

Arts visuels et apprentissages

L’enseignement des arts visuels, comme celui de la musique ou des mathématiques, est à l’école Eden un véritable objectif disciplinaire.

Enseigner les arts visuels, c’est mettre en place un dispositif d’apprentissages non seulement disciplinaires, mais aussi transdisciplinaires et transversaux.
C’est inscrire le travail dans une démarche de création ; c’est-à-dire installer l’enfant dans une démarche active de recherche permettant l’expression et la structuration d’une pensée singulière et divergente.

Dans notre école, l’année est rythmée par des journées ART. Les enseignants sont accompagnés par une artiste-enseignante de Ecole Supérieur d’Art Annecy Alpes, afin de leur permettre de répondre au niveau d’exigence de notre projet.

1. Les apprentissages disciplinaires

Théoriques

Il s’agit de sensibiliser les élèves à la question de « l’artistique », de leur permettre de vivre cette relation au sens pour approcher « ce qui dans l’art, est facteur de renouvellement des questions, d’invention et d’innovation, producteur de sens dans les transformations de la pensée et de la société ».

C’est leur faire comprendre l’affranchissement de l’art par rapport à une représentation qui ne serait qu’imitation du réel, au-delà des questions de figuration/non-figuration.

Notionnels

Éléments et moyens plastiques : ligne, forme, couleur, matière, structure, geste, espace, etc. Ces notions de base, en nombre limité, ouvrent des champs notionnels secondaires. Ainsi, la notion de couleur sous-entend celles de primaire, secondaire, complémentaire, chaude, froide…etc. La notion d’espace sous-entend celles d’espace bidimensionnel ou tridimensionnel, littéral ou suggéré, vide ou plein, intérieur ou extérieur, réel ou virtuel, etc.

Ces notions apparaissent en interrelation, en synergie avec d’autres dans un travail : matière-couleur-espace (matériologies et texturologies de Dubuffet) ou matière – espace-structure (série des « achromes » de Manzoni).
Les apprentissages notionnels sont construits dans une relation étroite au sens du travail proposé, en lien lui-même avec le vécu profond de l’enfant et l’imaginaire symbolique.

Culturels

Toute séquence d’arts visuels implique une culture artistique. Cette dernière inclut les œuvres appartenant au patrimoine mondial.
La connaissance du champ référentiel nourrit les apprentissages précédents. En donnant une crédibilité à ses productions, elle permet à l’enfant de se construire des repères identitaires culturels forts, et par là même participe à son équilibre et à la structuration de sa pensée.

Techniques

L’enfant agit ; il est confronté aux matériaux et aux outils ; il manipule, dessine, découpe, déchire, plie, colle, attache, cloue…etc. ; il expérimente les possibles et va effectivement construire des apprentissages techniques. Ces manipulations diverses, pour lesquelles il prend du plaisir, ne sont pas gratuites ; elles tendent vers un objectif mobilisateur induit par l’enseignant.

2. Les apprentissages transdisciplinaires

Les apprentissages disciplinaires sont des moyens permettant d’accéder à une forme de connaissance plus profonde. Ils permettent une structuration de la pensée et de l’identité, un apprentissage de la rigueur et de la cohérence, un développement de la créativité et une capacité à tisser des liens de sens, créer des connexions entre des données apparemment étrangères.

Si l’on considère les différents champs disciplinaires comme autant d’entrées possibles pour faire accéder l’enfant à cette connaissance polymorphe, alors il faut s’interroger sur la nature des liens à tisser entre ces différents champs disciplinaires.

Toute séquence d’arts visuels mettant en jeu une production sérielle, un travail sur la collection, renvoie à des compétences à construire en mathématiques. Les choix d’installations de ce type de productions, dans une répétition linéaire du presque identique et une alternance plein/vide, mettent en évidence la dimension rythmique du travail et les liens que nous devons établir avec le concept élargi d’écriture, avec la chronologie et l’espace temps.

La dimension rythmique renvoie à des activités menées en musique, en sport et en science.

La pratique de la langue est au cœur des séquences d’arts visuels. Les phases de verbalisation lors des mises en commun des différentes réalisations, ou les séances d’analyse d’œuvres (expliciter, comparer, argumenter, justifier, etc.) sont autant d’occasions de construire la langue orale. D’autre part le travail plastique, est parfois associé à des productions et mises en scène d’écrits (illustration, description, liens de structure, liens de sens et usage poétique de la langue).

3. Construire des concepts transversaux

La multiplicité des points de vue et leurs complémentarités (symboliques, artistiques, scientifiques, historiques…) permettent de donner aux apprentissages une cohérence indispensable.

« Accueilli, intégré dans la classe, l’enfant grandit tout en construisant sa personnalité au travers des relations qu’il noue avec les adultes qui l’entourent comme avec ses camarades. Il affirme ainsi son identité et la fait reconnaître tout en reconnaissant celle des autres. »

Connaissance de soi et construction de la personnalité

La démarche de création mobilise l’enfant dans sa globalité. Elle sollicite conjointement le corps physique, le domaine de l’intellect et de la spiritualité, et le domaine de l’affect.
Installer l’enfant dans une démarche de création, c’est lui permettre d’inscrire son travail dans son vécu profond et ses repères personnels, c’est lui permettre de donner une réponse singulière mais pertinente à une sollicitation collective.

Apprendre à vivre ensemble :

L’expérience du travail en collaboration conduit l’enfant à sortir d’une perception égocentrique du monde pour prendre en compte d’autres pôles de référence que lui-même. Cela implique écoute, attention, respect, partage, engagement.
Pendant les séances d’arts visuels, l’enfant est amené à mettre en jeu toutes ses potentialités (se déplacer, agir, construire, utiliser différents outils et médiums…anticiper, rêver, choisir, communiquer, évaluer, nettoyer, ranger). Il sera confronté à une situation de vie de groupe où les règles seront à adapter à ses propres attitudes et choix de travail ; c’est l’occasion d’un cheminement nécessaire vers l’autonomie et le sens de la responsabilité personnelle et collective.

Savoirs faire

Les séquences d’arts visuels, la lecture des œuvres et la compréhension des démarches artistiques, seront autant d’occasions de mettre en évidence la capacité des artistes à effectuer des choix précis, pertinents et rigoureux de moyens, à structurer méthodiquement le développement de leur travail. L’élève développe alors des savoirs méthodologiques : l’apprentissage de la rigueur et de la cohérence, la capacité à organiser son travail, à se concentrer, à écouter, à prendre du recul, à évaluer, à gérer le temps et l’espace imparti.

Savoirs être

L’enfant développe des attitudes dynamiques telles que la curiosité, la capacité à se mobiliser, l’ouverture d’esprit, une attitude volontaire, la persévérance, la singularité, l’esprit d’initiative, la confiance en soi.

arts1

art