Article

Differenciation3

Selon Tomlinson, pionnière dans le domaine de la différenciation, tout bon enseignement serait comparable à une « classe en puzzle ». Cette dernière est composée d’ élèves issus de milieux différents avec leurs propres expériences et méthodes d’apprentissage. Chaque élève au sein de la classe est par conséquent unique et a atteint son propre niveau de développement et de réussite.

À l’Ecole Eden, nous reconnaissons ses disparités et tentons de les comprendre afin d’avoir une approche pluridimensionnelle de l’enseignement.

Autrefois, les écoles ont tenté de gérer cette diversité de 3 manières :

En plaçant les élèves dans des classes hétérogènes, mais en négligeant leurs besoins ; en formant des groupes par niveau et en formant des classes à compétences variées en fonction des différences. (Tomlinson & Al, 2012).

Les deux premières options ont indéniablement eu des retombées négatives sur la réussite scolaire des élèves ainsi que sur leur développement social et affectif. Faire l’impasse sur les besoins individuels de chacun, c’est laisser de côté les élèves en difficultés. De la même manière, la répartition en fonction des capacités accentue les disparités, les étiquetant soit comme « incompétents » soit comme ‘doués’. Finalement, la troisième option encourage la différenciation pour répondre à l’hétérogénéité de la classe et amener chaque élève le plus loin possible sur le plan de ses apprentissages en tenant compte de son potentiel. (Arthur & Al, 2010). L’Ecole Eden a adopté cette manière de penser l’enseignement. Cela implique que tous les élèves ont des chances égales de démontrer les apprentissages réalisés, et ce, tant dans la façon dont ils sont formés que dans le jugement porté sur leurs apprentissages. Une évaluation juste et équitable.

Bien que le concept de Différenciation soit extrêmement complexe, il est indispensable d’assurer une progression continue des apprentissages.
C’est l’un des plus grands défis auxquels les enseignants sont confrontés aujourd’hui.

Les enseignants cherchent constamment différentes manières de servir au mieux les intérêts personnels, les potentiels et motivations de leurs élèves afin de les tirer vers le haut et favoriser la réussite de chacun.

La différenciation est une pédagogie inclusive. C’est tout d’abord une pédagogie à l’intérieur de laquelle la différence entre élèves devient la nouvelle norme dans la manière d’aborder toute activité d’enseignement/apprentissage. C’est également, une multiplicité des ressources et accès à la connaissance. Il est indispensable de s’en souvenir au moment de préparer les cours sans oublier les anciennes méthodes (un enrichissement personnel continue). Un élément de différenciation doit être inclus pour préparer les cours de manière efficace afin de satisfaire aux mieux les enfants. La différenciation induit une remise en question permanente de ses méthodes d’enseignement. Bien que de nombreuses techniques de différenciation ( comme le travail avec les assistants ou expliquer les concepts de différentes manières)  soient inhérentes à de bonnes techniques d’enseignement dites traditionnelles, de nombreux spécialistes définissent quatre types de différenciation : par la tâche, le résultat, l’encouragement et la ressource.

La différenciation par la tâche propose de mettre en place des activités personnalisées et adaptées en fonction des besoins évalués de chacun. Les élèves ne travaillent pas forcément tous sur un même support, mais l’objectif est le même. Par exemple, en compréhension de texte, les enseignants peuvent diviser la classe en plusieurs groupes. Chaque groupe reçoit un texte différent avec un niveau de difficulté adapté à leur niveau de compréhension.

La différenciation par le résultat est en revanche, sujette aux attentes du professeur sur les activités faites en classe. Les enseignants ajustent leurs attentes en fonction de la capacité de chacun à produire le même travail.

Les deux techniques nécessitent une analyse attentive des capacités de chacun. Dans les deux cas, l’enseignant se doit de bien connaître ses élèves.

La différenciation par la tâche a son intérêt à certains moments, mais elle ne doit pas dévier vers des groupes de niveaux qui privent les élèves les plus faibles du dialogue avec d’autres et de la perspective d’apprentissage qui leur est offerte dans cet échange.

Se contenter de ses deux techniques ne serait pas professionnel.

La différenciation par l’encouragement est également vitale. Durant les activités en classe, les enseignants de l’Ecole Eden mettent en place des ateliers permettant aux élèves d’acquérir des connaissances supplémentaires grâce à des ressources externes (apprentissage par les pairs). Grâce à « L’échafaudage pédagogique », les enseignants de l’Ecole Eden fournissent aux élèves le soutien « bien au point » dont ils ont besoin pour participer à l’apprentissage, achever une tâche difficile ou apprendre un nouveau concept. De plus, avec la théorie des intelligences multiples de Gardner bien en tête, nos enseignants pratiquent la différenciation par la ressource. Ils privilégient des supports attrayants tels qu’internet, manuels, supports visuels…en effet, les enseignants utilisent des supports visuels, que l’on peut manipuler, des activités individuelles ou de groupe. Les deux méthodes ont leurs avantages.

Bien que chaque technique soit différente, elles restent interdépendantes. Lorsque l’on planifie une séquence de cours, un juste équilibre des deux méthodes doit être adopté. Les enseignants d’Eden recherchent continuellement la juste balance entre toutes ses méthodes.

Bibliography

Arthur J, AND Creming T (2010) Learning to Teach in the Primary School, London: Routedge

Tomlinson, C (2015) ‘Teaching for Excellence in A1cademically Diverse Classrooms’, society, 52, 3, pp 203-209

differenctiation2

differenciation1