Article

tec

Dialogue philosophique avec les enfants

La philosophie pour les enfants

Les bases de la philosophie pour enfants ont été posées dans les années 70 par Matthew Lipman, un philosophe et pédagogue américain. À l’origine de sa démarche : la conviction qu’il faut développer la pensée critique, la pensée créatrice, l’estime de soi et la socialisation de l’enfant.

Selon lui, le jeune enfant  apprend en posant des questions et en mettant de l’ordre dans le monde qui l’entoure. Il met donc en œuvre une pensée logique. Mais, dès l’école primaire, le processus s’inverse. Les questions posées et les réponses apportées ne sont plus celles de l’enfant. Matthew Lipman propose de revenir au processus d’apprentissage de base : la logique et la mise en question par l’enfant. Il insiste donc sur le dialogue, la discussion raisonnée et la recherche de sens. Tout ceci permet à l’enfant de penser, d’apporter des réponses, et de développer ses habiletés morales et sociales.

A l’école Eden, la philosophie est pratiquée chaque semaine dès la maternelle. Nous utilisons les ouvrages de référence de Matthew Lipman.

 

Comment se déroule un atelier de philosophie avec les enfants ?

Un « atelier philo » se déroule toujours en plusieurs étapes.

La première consiste à initier le questionnement philosophique autour de l’histoire lue collectivement. Pour ce faire, nous partons des romans philosophiques créés par Matthew Lipman. L’important est de laisser les enfants s’interroger, en totale liberté. Il s’agit de l’étape appelée la « cueillette des questions », lors de laquelle nous notons les différentes questions des enfants.

La deuxième étape est une « communauté de recherche », pendant laquelle nous répondons ensemble aux questions posées précédemment, tout en questionnant aussi nos réponses ! Il s’agit donc d’un espace de parole où l’enfant dit ce qu’il pense tout en pensant ce qu’il dit. Car il y a toujours cette obligation de donner les raisons qui amènent à dire ce que nous disons, c’est-à-dire argumenter.

Ceci s’accompagne de la nécessité de définir les mots et concepts utilisés, pour que nous partions tous sur les mêmes bases. Il s’agit de définition ou de conceptualisation, indispensable au bon fonctionnement de l’« atelier philo ».

 

En quoi la philosophie est-elle utile au développement de l’enfant ?

La philosophie permet tout simplement de donner du sens à sa vie, au monde qui l’entoure. Souvent à l’école, on transmet d’abord le savoir sans mettre l’accent sur le sens et le désir d’apprendre. Or, plus on donne du sens, mieux on comprend les choses. Pour donner du sens, il faut oser poser ces questions déstabilisantes, ces questions existentielles telles que « c’est quoi la vie ? » ; « pourquoi la mort ? » ; « peut-on être heureux ? »…

L’objectif de l’« atelier philo » est justement de créer un espace dédié entièrement à ces interrogations, un cadre dans lequel il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse.

L’important est de se rendre compte qu’il n’y a pas une réponse unique et que nous devons accepter que les autres ne soient pas d’accord avec ce que nous disons.

Dans ce contexte, nous avons tout à apprendre de l’autre, à l’instar d’un scientifique comme Albert Einstein, qui pouvait encore être émerveillé par la simple réflexion d’un enfant…

 

À quel âge peut-on commencer la philosophie avec les enfants ?

Quand l’enfant commence à se confronter aux autres et est capable d’exprimer sa pensée. Nous pouvons aller très loin dans la démarche philosophique avec des enfants de 4 ans. Par contre, il n’y a pas de limite d’âge ! Le questionnement philosophique accompagne toutes les étapes de la vie…

 

Comment réagissent les enfants à cette initiation philosophique ?

Ils n’attendent que cela ! Dans ces ateliers, on apprend en posant des tas de questions. Or, l’école ne permet pas toujours cette liberté. C’est l’enseignant qui interroge, et c’est à l’élève de répondre correctement. Malgré tout, l’enfant garde au fond de lui ces points d’interrogation. Dans cet espace philosophique que constitue l’atelier, nous redonnons une juste place à ces multiples questions. L’enfant va découvrir qu’il n’est pas le seul à se poser ces interrogations. Mieux, son questionnement sera reconnu et encouragé. Cela renforce bien entendu son estime de soi. « Ma parole est importante ! », ce qui est perçu comme un véritable bonheur ! Car la notion de plaisir est inséparable de la démarche philosophique…

 

La philosophie peut-elle être appliquée au quotidien ?

Bien entendu ! La démarche peut être généralisée à tous les adultes en contact avec les plus jeunes, qu’ils soient enseignants ou parents. De nombreux supports permettent maintenant d’aborder la philosophie en famille, avec toujours ce même objectif : accompagner le questionnement de l’enfant, sans imposer nos questions et surtout nos réponses d’adultes…