Article

Une classe unique était un lieu où un seul professeur devait, au quotidien, enseigner en tenant compte des besoins de tous les élèves tels que leur âge, leurs spécificités culturelles, leurs compétences cognitives et motrices. Le professeur devait faire en fonction de toutes ces variables dans un environnement à la fois partagé et unique.

A l’heure actuelle, l’hétérogénéité parmi les étudiants d’une même classe, est plus marquée qu’elle ne l’était dans une classe unique. On peut bien sûr trouver des similitudes parmi les particularités citées précédemment, mais la comparaison s’arrête là. Un plus large éventail de personnalités caractérise de manière constante les classes actuelles.

Par ailleurs, l’utilisation précoce de matériel éducatif favorise la compréhension des notions de lecture et les apprentissages en ligne accroissent peu à peu les compétences de certains apprenants.
En conséquence, des classes peuvent accepter des enfants plus jeunes, qui manifestent des compétences académiques plus avancées que celles de leurs camarades sans pour autant avoir les habilités sociales d’un enfant plus âgé.

En résumé, cette volonté d’inclusion apporte un regard nouveau sur l’équité en matière d’accès au savoir, à destination des enfants qui rencontrent des besoins cognitifs et physiques spécifiques au sein d’une classe.

Les changements sociétaux comme ceux-là impliquent une prise de conscience, des compétences et des savoir-faire nouveaux chez l’enseignant. Un enseignement efficace va au delà d’un contenu académique solide, de compétences en matière de gestion de la classe et de connaissances sérieuses dans le domaine de la pédagogie.

L’enseignant doit s’adapter au fonctionnement de ses élèves, se montrer pertinent sur le plan culturel, être prêt à relever des défis d’ordre cognitifs, adapter son style d’enseignement et avoir un langage qui correspond aux apprenants qu’il a en face de lui. il doit également leur proposer des situations d’apprentissages pertinentes et personnalisées qui font rendent chacun d’eux unique. Il doit tenir compte, encore davantage que dans une classe unique, de la palette variée des particularités de ses élèves.

Le terme d’enseignement efficace a été redéfini à partir de la prise en compte de cette hétérogénéité dans une même classe.
A l’école Eden, nous croyons que si les besoins de chaque élève sont clairement identifiés, chacun peut ensuite progresser à son rythme. Pour cela nous avons recours à diverses méthodes de différenciations.

La différenciation c’est :

* une organisation particulière des activités d’apprentissages.
* une correspondance entre les besoins et leur prise en charge.
* atteindre des objectifs par paliers d’apprentissages.
* prendre en compte les capacités et les compétences de chacun.

1. La différenciation par objectif

Les apprenants reçoivent au départ les mêmes tâches et ont les mêmes supports de travail. Ils les abordent à leur manière. Leur production est le reflet du niveau de compréhension des tâches qu’il doivent poursuivre. C’est une méthode qui peut être envisagée en art, par exemple. Mais elle n’aide pas les élèves qui ont besoin d’une approche plus structurée.

Avantages

  • Facile à mettre en place
  • Le recours à l’évaluation sommative met en relief divers niveaux à l’intérieur d’un groupe.
  • Les élèves sont autorisés à travailler en groupes.
  • Le professeur assure la réussite de tous les élèves en ne fixant aucun critère qui pourrait les mettre en échec.

Inconvénients

  • Certains élèves peuvent être bloqués par l’absence de support.
  • Une évaluation diagnostic n’est pas possible.
  • L’échec est inévitable pour certains si les performances sont mesurées et comparées entre tous. Certains réalisent qu’ils sont en-dessous de la moyenne de la classe.
  • Une situation d’échec peut entrainer un comportement inapproprié.

2. La différenciation des productions écrites

Une activité est proposée à tous comme par exemple un projet d’écriture, afin de convaincre un auditoire. Par contre on demande aux apprenants de

présenter leur travail sous diverses formes : à la manière d’une affiche, d’un prospectus, d’une brochure. La place donnée au texte et aux illustrations est de fait différentes. Cela demande une présentation plus exigeante pour certains.

3. La différenciation des supports

Les tâches peuvent être similaires mais on propose des supports de travail différents suivant les élèves. On contribue à mieux les aider dans leurs tâches (utilisation de la calculette pour un travail précoce sur les nombres).

4. La différenciation des tâches

Différents travaux sont demandés pour mieux cerner les besoins de chacun. Ils peuvent avoir le même sujet/thème, ou bien être complètement différents

Avantages

  • Le travail peut être choisi, ce qui semble mieux approprié pour certains.
  • Une manière efficace d’aborder tout le programme.
  • Une baisse des échecs et des soucis face à des comportements indésirables.
  • Peut être comparé avec les objectifs d’études nationaux.

Inconvénients

  • Des élèves doivent ralentir pour ne pas finir une de leurs tâches.
  • Un travail intensif pour le professeur en même temps qu’une très bonne organisation.
  • Un schéma de travail individualisé peut nuire à l’apprentissage social et ne pas souligner les différences.
  • Les évaluations sommatives sont complexes. Elles doivent être effectuées de manière indépendante.

Dans une classe « Eden » à différentiation idéale…

  • Les expériences d’apprentissages sont basées sur un diagnostic initial de l’élève pour déterminer son profil d’apprenant.
  • Les contenus, les activités et les productions de différentes évaluations sont construits en fonction des besoins variés des apprenants.
  • L’enseignement et les apprentissages visent des concepts centraux et des compétences.
  • Les enfants ont un rapport au travail respectueux.
  • Professeurs et élèves travaillent ensemble avec un engagement commun et un esprit d’émulation de la part de chacun.
  • Le professeur maîtrise la gestion du temps, de l’espace et des activités.
  • Les groupes peuvent changer de façon fluide en fonction des impératifs, la classe entière, par paire, à trois ou quatre. Les enfants constituant eux- mêmes les ensembles, ou à l’initiative de l’enseignant, ou encore de manière aléatoire.
  • La gestion du temps est flexible, en fonction de la diversité et de la gestion des stratégies comme les centres d’intérêts, les priorités d’apprentissages, les contrats, le partenariat, les missions de recherches, les affinités contribuent à atteindre les objectifs et les attentes des élèves.
  • Déterminer clairement des critères individuels et de groupes fournit des indices de réussite.
  • Les élèves sont évalués de plusieurs manières pour mettre en valeur leurs idées et leur progression

charlotte

Pour plus de renseignements, vous pouvez consulter les sites suivants :

http://www.becta.org.uk/inclusion/sen/resources/differentiation/
http://cid.unomaha.edu/~wwwsped/wc/cbs/prf/saf/nkr/1/case.html
http://www.dfes.gov.uk/senap/summary.shtml http://inclusion.ngfl.gov.uk/keydocs/